Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : butinages
  • : Textes courts d'une écriveuse, rêveuse, voyageuse et généreuse....
  • Contact

Bienvenue dans mon univers


  De la lecture chaque jour pour nourrir votre vie.
                             par Erregina

Archives

Catégories

Liens

18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 08:33


Je l'ai souvent entendu cette histoire.

Du côté de Bergerac, à Sigoulès, dans les années soixante dix, un homme se suicida en se pendant dans sa cave. Il s'appelait Marcel, il venait d'avoir cinquante ans.

Il laissa une lettre avec ses dernières volontés. Marcel souhaitait être incinéré et que ses cendres soient dispersées dans le vignoble de Saint Emilion.

Rien d'extraordinaire, me direz-vous !

Si cette histoire se raconte, c'est que Marcel était alcoolique.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 13:14


Dans la langue chinoise, le mot liberté n'existe pas.

La société chinoise est une société d'organisation mais pas de projets.

Les chinois ne connaissent pas la liberté ni l'idéal, donc, ils comprennent difficilement les droits de l'homme de l'occident.

Il y a un pont à construire entre eux et nous pour une meilleure compréhension.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 22:12


Le soleil s'en va
Les nuages dominent
La pluie s'installe

Partager cet article
Repost0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 21:07


Hier, dans le jardin derrière la maison, la sauge s'étonnait de la rudesse de l'attaque. Elle est pourtant généreuse en ce mois de juin, avec ses grappes de fleurs bien colorées et ouvertes à tout le monde. La sauge n'a jamais été désagréable avec personne, encore moins agressive et assister à cette guerre sur son propre territoire, elle en est encore affectée.

Il était environ seize heures quand la première attaque eut lieu. Lui, butinait tranquillement, il n'est pas méchant mais bruyant dans son activité de butinage. Il était donc environ seize heures quand elle arriva du thym à une allure telle qu'il resta accroché à sa sauge s'en se méfier. Elle commença par un premier coup puis se recula pour prendre son élan et la deuxième coup le fit vaciller et l'obligea à se mettre à l'écart. Elle prit alors sa place.

Lui, naïf, revint sur une branche voisine, pensant qu'il y en avait assez pour deux. Elle le bouscula à plusieurs reprises se jettant sur lui avec une force indescriptible. Sa petite taille, environ quatre fois plus petite que lui n'avait pas l'air d'être un handicap. Lui, s'éloigna définitivement après avoir subi de nombreuses attaques.

La sauge, pacifique, ne comprend toujours pas pourquoi la petite abeille en voulait tant au gros bourdon ?

Partager cet article
Repost0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 14:15



L'année dernière, c'était une année à treize lunes blanches. Cette année, c'est une année à treize lunes noires.

Comme si la nature et le ciel venait  dire son désaccord avec nous d'avoir créer notre calendrier à douze mois.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 14:03


Il ne fait pas beau mais est-ce une bonne raison pour supprimer les spécialistes du temps ?

Partager cet article
Repost0
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 01:00



........Je leur ai fixé un rendez-vous dans le pré du haut à dix heures précises. Je les ai vus décoller de la mare, passer au-dessus des maisons, au-dessus du premier pré et se poser à quelques mètres de moi.


Ils m'ont dit que tu étais le dernier canard sacré du peuple du ciel mais qu'ils avaient un souci. Dans leur migration, ils furent déviés de leur route par l'homme aux ailes.

Ta naissance était prévue en Chine et elle s'est faite dans le sud ouest de la France par erreur d'aiguillage. Ils m'expliquèrent que le canard sacré n'a de place qu'en Chine et surtout pas en France.


Ils me demandèrent de veiller sur toi.


Ils souhaitaient que jamais, tu ne puisses être mise en présence d'un éleveur ou d'un gaveur. Leur plus grand souhait était que tu rejoignes la Chine.

Depuis ce printemps là, la mare n'a plus reçu aucun canard. J'ai longtemps cherché le moyen de te faire rejoindre la Chine.


Lorsque j'ai trouvé l'idée, j'ai mis tout en oeuvre pour arriver à mon but."


Alors qu'elle bredouillait ses dernières paroles avant son endormissement, le détecteur de délire retentit à nouveau. Rico se dirigea vers la chambre de Slobodan.......( à suivre )

Partager cet article
Repost0
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 01:00



......C'était un très vieux peuple, un peu usé et fort démodé dans le monde des humains de la terre. Ils prenaient conscience de leur prochaine extinction et désiraient laisser une descendance.


Depuis plusieurs milliards d'années, les oiseaux avaient peuplé le ciel, ils s'y étaient fortement développés, toutes les espèces avaient leur place, à part peut-être les corbeaux. Ces oiseaux, de plumage noir étaient toujours plus ou moins utilisés par les autres. Les plus évolués étient les canards.


Le premier  canard sacré était un stratège face aux nuages. Devant les ennemis, il savait dévier les plus gros nuages chargés d'eau. Il les détournait avec la précision d'un radar, si bien que les envahisseurs se perdaient dans la tempête. Il parlait aussi aux nuages pour les dissuader de lâcher leur eau sur une destination du catalogue "Nouvelles limites", la célèbre agence de voyages très fréquentée par les canards.

Tous les descendants ont ensuite hérité du perchoir sacré.

Amatchi se souvient de ce printemps là. Ma mère me donna naissance le jour de l'arrivée du couple de canards. L'année suivante, je marchais et le couple de canards me suivait. Partout où j'allais, ils étaient là, comme des gardiens.

Un soir, me dit Amatchi, ils ont voulu me parler.......( à suivre )

Partager cet article
Repost0
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 01:00



.......L'entraîneur du club de Toulouse a souhaité que ses deux champions puissent se voir. Cela les rassure, surtout Slobodan qui part rapidement sur de beaux délires de persécution, malheureusement incontrôlables, hors compétition.

Slobodan est assez agressif avec l'infirmier affecté à sa chambre mais il s'endort. Depuis sa rencontre avec Manuelo dans le couloir, elle ne pense qu'à lui.
 

A trois heures du matin, l'infirmier Rico, affecté aux chambres des deux champions est alerté par son détecteur de délire.


Quand il entre dans sa chambre, elle est en pleine agitation, dans un délire qui semble commencer. Ne pouvant lui administrer aucun calmant qui serait repérable dans ses urines lors d'un contrôle, Rico écrit son récit délirant pour la transmission au Docteur Mendes qui veut connaître les délires de la nuit.


Chambre 47, délire déclenché vers trois heures :

"Le ciel, je l'ai connu avant la terre. Avant ma naissance, j'ai eu affaire à lui dans une étonnante histoire d'héritage. C'est ma grand-mère, la collectionneuse de dents de lapin qui me relata mon histoire d'avant.

Du temps où seuls les oiseaux peuplaient le ciel, je fus désignée comme l'héritière du canard sacré du peuple du ciel. La douzième génération de canards sacrés venaient de naître. Tous les ans, à la fin de l'hiver, entre la mi-février et la mi-mars, le couple s'installait dans la mare devant la maison. Ils avaient attendu la fermeture de la chasse, les dernières pluies d'hiver qui avaient rempli la mare et les premiers rayons du soleil.

Des conditions idéales pour leur amour renaissant......( à suivre )

Partager cet article
Repost0
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 01:00



......Sélavie a pris le relais du pauvre Sacha avec brio. L'ambulance se présenta devant l'entrée de l'hôpital sainte Anne vers dix huit heures, l'accueil de nos toulousains étant prévu à dix huit heures quinze.

Sélavie connaissait peu Paris mais grâce à son GPSA, le guide personnel de sensibilité affective, elle a conduit dans la capitale sans aucun stress. Le premier entraînement de tous les sélectionnés est prévu le lendemain matin à onze heures dans la salle des pas oubliés.


Le Docteur Mendes s'est installé au cinquième étage avec l'ensemble des sélectionnés. Louis Pierre et son préparateur psychique sont logés dans l'aile gauche, ils n'interviendront que sur la demande du Docteur Mendes.


Les traitements médicamenteux ont été supprimés, toute substance chimique est formellement interdite. Chacun doit être le plus naturel possible. Au cinquième étage, la nuit est plutôt active. Les délires sont présents, une sorte d'échauffement avant le premier entraînement de demain.


Elle a croisé Manuelo dans les couloirs, c'est la première fois qu'elle le côtoie. Son visage est connu de tous, la presse s'en est accaparé depuis plusieurs mois suite à sa rencontre avec la championne du monde des cueilleurs de nuages. Il faut dire que la croix basque tatouée à la pointe de son nez ne joue pas la discrétion. Elle l'a trouvé très beau...............( à suivre demain)


(Début de Folle de Pékin en page 21 )

Partager cet article
Repost0