Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : butinages
  • : Textes courts d'une écriveuse, rêveuse, voyageuse et généreuse....
  • Contact

Bienvenue dans mon univers


  De la lecture chaque jour pour nourrir votre vie.
                             par Erregina

Archives

Catégories

Liens

29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 05:00

.....Le vin de la dernière récolte vient d'être analysé. Le laboratoire a identifié la substance comme de l'eau bénite de Lourdes, aucune trace de vin présente dans le breuvage!!

Mon héritage se révélait être, en fait, deux sources : une de cola coca et une autre d'eau bénite de Lourdes!!

Le notaire de Laon me convoqua à nouveau car une lettre testamentaire m'était destinée.

" Madame,

Je vous fais mon héritière car vous êtes le sosie de ma petite fille Martha qui n'est pas ma petite fille. C'était un arrangement d'identité dans mon réseau d'espionnage. Avant ma mise à la retraite et afin d'assurer financièrement mes vieux jours, j'ai transformé mon vin du sud-ouest et mon eau de Picardie en produits commercialisables. J'ai travaillé en tant qu'espionne pendant trente ans pour la firme cola coca et le diocèse de Lourdes. Je vous demande de faire fructifier ces deux produits à votre profit. Il suffit que vous passiez un accord commercial avec la firme américaine et le diocèse de Lourdes.

Je vous souhaite une bonne vie.

Amatxi "

Partager cet article
Repost0
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 05:00

.....La grand-mère de Martha, l'espionne travaillant pour la firme popsi cola venait de mourir à Paris.

Je reçus le rapport de police qui précisait que la grand-mère de la jeune femme se faisait appeler Amatxi. La grand-mère et sa petite fille faisaient équipe dans un réseau d'espionnage franco-hongrois.

J'allais de surprise en surprise avec cet héritage. Pourquoi Amatxi m'avait désigné comme son héritière alors qu'elle avait de la famille?

Des questions, je m'en posais souvent lorsqu'arriva une lettre de mon fermier du sud-ouest......

Partager cet article
Repost0
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 05:00

......La société cola coca authentifiait le liquide qui coulait du robinet de la cuisine en Picardie comme la boisson inventée par la firme en 1911. Dans le courrier, il était précisé qu'une enquête était lançée afin d'en savoir un peu plus. La recette de cette boisson était gardé en lieu sûr et les responsables de la fabrication prêtait serment sur la bible afin de ne rien divulguer. Presque cent ans après l'invention, dans un petit village de Picardie, quelqu'un connaissait la recette et avait même canalisé le breuvage!

Les Etats Unis étant bien faits, un jour du 21 mai, une jeune fille vint se dénoncer à la police de San Francisco. Martha était hongroise par son père et américaine par sa mère. Martha déclara  avoir une grand-mère qui vivait en France. Elle ne l'avait jamais rencontré.

Martha était femme de chambre de métier et espionne économique par passion. Elle travaillait pour la firme française popsi cola, le concurrent de la firme américaine.

Ayant été menacé de noyade dans une cuve de cola coca, Martha avait décidé de se rendre à la police.

La police lui apprit avoir retrouvé en France les traces de sa grand-mère.....

Partager cet article
Repost0
26 avril 2008 6 26 /04 /avril /2008 05:00

.....Pendant cette attente, je me rendis sur la vigne héritée en sud ouest.

 Trois hectares d'un vignoble en fermage depuis de longues années. Le vigneron qui travaillait mes terres voulut me rencontrer très rapidement. Depuis deux ans, il avait quelques soucis de vinification.

Le vin obtenu avait une facheuse tendance à devenir de plus en plus clair. Le défaut s'était accentué encore cette année. La récolte de l'an dernier, arrivée à maturité de vinification était affolante. Le vigneron me montra tout un stock de bouteilles qu'il ne pouvait pas proposer à la vente.

Il ouvrit une bouteille et un flot totalement incolore s'écoula; un vin qui était censé être un vin rouge, côte de Duras, appellation contrôlée!

En Picardie, les analyses arrivèrent au plein coeur de l'hiver.....

Partager cet article
Repost0
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 05:00

......Nous étions le mardi onze septembre.

L'eau devenait de plus en plus foncée et contenait des bulles! L'eau du robinet de la cuisine était en fait une eau pétillante noire. Mon fils sembla reconnaître la substance. Depuis son enfance, il avait toujours été allergique à cette boisson américaine, le cola coca et il me persuada.

Dans ma ferme Picarde, héritée d'Amatxi, coulait du cola coca du robinet de la cuisine. La fausse eau bénite de Lourdes s'était transformée en boisson de l'Amérique!

Je fis venir la compagnie des eaux qui emporta un flacon du flot noir et pétillant pour des analyses dans leur laboratoire. Le résultat confirma la première impression. Le cola coca sortait du robinet.

A partir de ce moment là, cela devint une affaire locale, puis régionale, puis nationale et enfin internationale par les études de la firme américaine.

La société américaine, n'ayant jamais divulgué la recette de son produit, effectua des analyses très poussées.

L'attente des résultats fût éprouvante.......

Partager cet article
Repost0
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 05:00
.......Ils décidèrent de fabriquer de l'eau bénite.

Afin d'éviter la misère, ils commencèrent à remplir les bouteilles achetées à Lourdes avec l'eau du robinet de la cuisine. Les affaires reprirent très vite, les clients arrivaient maintenant des départements voisins. L'eau bénite ne manqua plus mais le diocèse de Reims s'inquiéta. L'évéché fit son enquête et déposa une plainte au tribunal pour atteinte à la religion.

Un procès eut lieu quelques mois plus tard. Le jeune couple fût condamné à de la prison ferme et des dommages à payer aux victimes. C'est ainsi qu'Amatxi perdit ses locataires.

Depuis, la maison n'avait pas été ouverte. L'eau et l'électricité n'étaient plus distribuées. Ma première démarche fût de rétablir l'eau. C'était un mardi, j'avais décidé de faire du nettoyage. Un de mes fils m'accompagnait. Quand il ouvrit le robinet de la cuisine, l'eau était toute sombre!

Ce que je croyais être une simple remise en route après plusieurs années fût le début d'un cauchemar.....
Partager cet article
Repost0
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 05:00

....De retour au village, ils livrèrent les dix litres d'eau bénite. La nouvelle se propagea aux villages des alentours. Le jeune couple devint vite une curiosité.

En quelques semaines, d'une simple commande d'eau bénite et d'un service rendu à des voisins, ils s'étaient reconvertis dans le miracle, c'est à dire dans le service après vente du religieux. Tous deux sont devenus guérisseurs à l'aide des deux litres d'eau bénite qu'ils avaient gardé pour eux. Une vrai aubaine, cette reconversion à quelques mois de la fin de leurs droits au chômage. Le travail de guérisseur, lorsqu'il est pratiqué avec honnêteté est très lucratif.

Les offres d'emploi ne se présentant pas, le jeune couple dû se résoudre à continuer à soigner sans eau bénite. Ils commençèrent à voir leur clientèle diminuer depuis que la seule imposition des mains étaient offerte aux malades. L'eau bénite était ce qui faisait miracle et guérison.

 Ils eurent une idée......

Partager cet article
Repost0
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 05:00
......Amatxi avait fait de moi son héritière.

Mon héritage se composait d'une petite vigne dans le sud-ouest et d'une fermette picarde. Je ne suis pas allée de suite dans le sud tant j'ai eu à faire en Picardie. Les évênements semblent se calmer mais un grand trouble s'est installé dans ma tête.

En Picardie, mon bien se composait d'une maison, de style longère en assez bon état, de deux granges vétustes et de deux terrains, l'un devant la maison et l'autre à l'arrière. Un immense sapin séparaient les deux terrains. Une maison avec les pièces en enfilade, très typique des maisons anciennes. Les deux chiens assis du toit, le nombre de pièces, les cheminées marquaient le caractère bourgeois des lieux.

Afin de ne pas perdre cet héritage qui lui venait de sa mère, Amatxi avait fait consolider les deux granges et rénover toute l'installation de plomberie.

Je me souviens qu'un jour, elle me raconta l'aventure du jeune couple qui lui loua la maison.

Lors d'un séjour dans les hautes Pyrénées pour la santé de leur fils, des habitants du village leur avaient demandé de rapporter de l'eau bénite de la grotte de Lourdes. Loin de la religion, ils ne comprirent pas très bien mais prirent les commandes.

Ils devaient rapporté dix litres d'eau bénite...........
Partager cet article
Repost0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 05:00
Amatxi n'était pas basque. Elle était hongroise et vivait à Paris dans un hôtel situé rue de Valois face aux jardins du Palais Royal.

Je suis femme de chambre. J'ai rencontré Amatxi il y a cinq ans quand elle s'est installée à l'hôtel pour y vivre.

Quelques mois après son arrivée, elle me demanda de l'accompagner au Pays Basque. J'acceptai car ma rémunération était très intéressante. Dans le début du vingtième siècle, elle vécut le grand amour de sa vie avec Bixente à Bidart. Les amoureux se sont aimés, se sont écrits et se sont perdus. Nous sommes restées à Bidart une semaine à la recherche de Bixente qui s'était exilé il y a bien longtemps en Allemagne pour raison professionnelles.

Amatxi est morte l'année dernière au mois de mai dans le service psychiatrique de l'hôpital Beaujon à Paris.

En juillet, je reçus une convocation d'un notaire de Laon, dans l'aisne...........
Partager cet article
Repost0