Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : butinages
  • : Textes courts d'une écriveuse, rêveuse, voyageuse et généreuse....
  • Contact

Bienvenue dans mon univers


  De la lecture chaque jour pour nourrir votre vie.
                             par Erregina

Archives

Catégories

Liens

21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 12:42



.......La mère de Slobodan était née entre le vingt neuf mars et le deux avril. Elle avait pu choisir son instrument, le violoncelle. Elle était aussi une mathématicienne de renom qui écrivait de la poésie et adorait marcher dans les rues de Paris. Elle a d'ailleurs écrit un livre d'itinéraires piétonniers poétiques paru aux éditions JR. Elle est morte dans le grand incendie de Londres.

 

Rico entre dans la chambre de Slobodan guidé par le détecteur de délire qui affiche une forte intensité. Le délire de Slobodan se trouve dans le seuil supérieur, c'est à dire un délire avec état de paranoïa. Rico doit être très prudent. Il reste à bonne distance du champion qui commence à l'insulter. Seules les lèvres de Slobodan sont actives, le reste de son corps est inerte, comme paralysé, ce qui permet à Rico de prendre des notes.


" Ma mère m'a tout raconté. Ne t'approche pas. Ne me touche pas. Pourquoi as-tu accepté de faire cela ? Depuis toujours, à chaque rencontre, je te le demande. Jamais de réponse. Elle m'a dit ton amour pour la pianiste, je sais tout. Alors, tu te mets à l'écriture, tu écris tes mémoires de violeur, mais qui va avoir le culot de t'éditer ? Tu peux continuer à prendre des notes, je ne te lâcherai pas. C'est trop facile pour toi. Tu n'es pas mort dans le Grand incendie de Londres toi ! Ma mère oui ! Je te déteste au plus profond de moi-même, quitte cette pièce ou je te tue ! "............( à suivre )

 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 20:37



Slobodan était l'enfant du viol de la jeune violoncelliste de l'Opéra de Tirana. L'histoire était connue de tous les albanais et de tous les serbes. C'était devenu très vite l'histoire du viol de l'Albanie par la Serbie.

 

Le violeur, le père de Slobodan, était entré au service du roi de Serbie sous la pression de son grand-père maternel, lui-même engagé dans l'armée de Slovénie. Il n'avait pas l'âme militaire car il avait séjourné en France, à Baden en Bretagne, chez un oncle musicien.

 

Ce séjour en France lui avait valu d'être repéré et d'être nommé à la direction du grand orchestre de l'armée du roi, en résidence à Sarajevo.

Les musiciens du grand orchestre se produisaient dans une ancienne salle de réfectoire de l'armée car Sarajevo n'avait pas d'Opéra pour accueillir son grand orchestre.

A Tirana, tout était différent. Tout était culture.

Chaque enfant était programmé, avant sa naissance, dans une identité artistique en fonction des saisons. Les enfants du printemps étaient destinés à être musiciens, ceux de l'été, à être des peintres. Les danseurs naissaient à l'automne et les écrivains à l'hiver........( à suivre ).

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 01:00



........Je leur ai fixé un rendez-vous dans le pré du haut à dix heures précises. Je les ai vus décoller de la mare, passer au-dessus des maisons, au-dessus du premier pré et se poser à quelques mètres de moi.


Ils m'ont dit que tu étais le dernier canard sacré du peuple du ciel mais qu'ils avaient un souci. Dans leur migration, ils furent déviés de leur route par l'homme aux ailes.

Ta naissance était prévue en Chine et elle s'est faite dans le sud ouest de la France par erreur d'aiguillage. Ils m'expliquèrent que le canard sacré n'a de place qu'en Chine et surtout pas en France.


Ils me demandèrent de veiller sur toi.


Ils souhaitaient que jamais, tu ne puisses être mise en présence d'un éleveur ou d'un gaveur. Leur plus grand souhait était que tu rejoignes la Chine.

Depuis ce printemps là, la mare n'a plus reçu aucun canard. J'ai longtemps cherché le moyen de te faire rejoindre la Chine.


Lorsque j'ai trouvé l'idée, j'ai mis tout en oeuvre pour arriver à mon but."


Alors qu'elle bredouillait ses dernières paroles avant son endormissement, le détecteur de délire retentit à nouveau. Rico se dirigea vers la chambre de Slobodan.......( à suivre )

Partager cet article
Repost0
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 01:00



......C'était un très vieux peuple, un peu usé et fort démodé dans le monde des humains de la terre. Ils prenaient conscience de leur prochaine extinction et désiraient laisser une descendance.


Depuis plusieurs milliards d'années, les oiseaux avaient peuplé le ciel, ils s'y étaient fortement développés, toutes les espèces avaient leur place, à part peut-être les corbeaux. Ces oiseaux, de plumage noir étaient toujours plus ou moins utilisés par les autres. Les plus évolués étient les canards.


Le premier  canard sacré était un stratège face aux nuages. Devant les ennemis, il savait dévier les plus gros nuages chargés d'eau. Il les détournait avec la précision d'un radar, si bien que les envahisseurs se perdaient dans la tempête. Il parlait aussi aux nuages pour les dissuader de lâcher leur eau sur une destination du catalogue "Nouvelles limites", la célèbre agence de voyages très fréquentée par les canards.

Tous les descendants ont ensuite hérité du perchoir sacré.

Amatchi se souvient de ce printemps là. Ma mère me donna naissance le jour de l'arrivée du couple de canards. L'année suivante, je marchais et le couple de canards me suivait. Partout où j'allais, ils étaient là, comme des gardiens.

Un soir, me dit Amatchi, ils ont voulu me parler.......( à suivre )

Partager cet article
Repost0
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 01:00



.......L'entraîneur du club de Toulouse a souhaité que ses deux champions puissent se voir. Cela les rassure, surtout Slobodan qui part rapidement sur de beaux délires de persécution, malheureusement incontrôlables, hors compétition.

Slobodan est assez agressif avec l'infirmier affecté à sa chambre mais il s'endort. Depuis sa rencontre avec Manuelo dans le couloir, elle ne pense qu'à lui.
 

A trois heures du matin, l'infirmier Rico, affecté aux chambres des deux champions est alerté par son détecteur de délire.


Quand il entre dans sa chambre, elle est en pleine agitation, dans un délire qui semble commencer. Ne pouvant lui administrer aucun calmant qui serait repérable dans ses urines lors d'un contrôle, Rico écrit son récit délirant pour la transmission au Docteur Mendes qui veut connaître les délires de la nuit.


Chambre 47, délire déclenché vers trois heures :

"Le ciel, je l'ai connu avant la terre. Avant ma naissance, j'ai eu affaire à lui dans une étonnante histoire d'héritage. C'est ma grand-mère, la collectionneuse de dents de lapin qui me relata mon histoire d'avant.

Du temps où seuls les oiseaux peuplaient le ciel, je fus désignée comme l'héritière du canard sacré du peuple du ciel. La douzième génération de canards sacrés venaient de naître. Tous les ans, à la fin de l'hiver, entre la mi-février et la mi-mars, le couple s'installait dans la mare devant la maison. Ils avaient attendu la fermeture de la chasse, les dernières pluies d'hiver qui avaient rempli la mare et les premiers rayons du soleil.

Des conditions idéales pour leur amour renaissant......( à suivre )

Partager cet article
Repost0
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 01:00



......Sélavie a pris le relais du pauvre Sacha avec brio. L'ambulance se présenta devant l'entrée de l'hôpital sainte Anne vers dix huit heures, l'accueil de nos toulousains étant prévu à dix huit heures quinze.

Sélavie connaissait peu Paris mais grâce à son GPSA, le guide personnel de sensibilité affective, elle a conduit dans la capitale sans aucun stress. Le premier entraînement de tous les sélectionnés est prévu le lendemain matin à onze heures dans la salle des pas oubliés.


Le Docteur Mendes s'est installé au cinquième étage avec l'ensemble des sélectionnés. Louis Pierre et son préparateur psychique sont logés dans l'aile gauche, ils n'interviendront que sur la demande du Docteur Mendes.


Les traitements médicamenteux ont été supprimés, toute substance chimique est formellement interdite. Chacun doit être le plus naturel possible. Au cinquième étage, la nuit est plutôt active. Les délires sont présents, une sorte d'échauffement avant le premier entraînement de demain.


Elle a croisé Manuelo dans les couloirs, c'est la première fois qu'elle le côtoie. Son visage est connu de tous, la presse s'en est accaparé depuis plusieurs mois suite à sa rencontre avec la championne du monde des cueilleurs de nuages. Il faut dire que la croix basque tatouée à la pointe de son nez ne joue pas la discrétion. Elle l'a trouvé très beau...............( à suivre demain)


(Début de Folle de Pékin en page 21 )

Partager cet article
Repost0
7 juin 2008 6 07 /06 /juin /2008 01:00



.......D'origine slovène, il s'était fait connaître en France pour ses recherches sur la pensée libérée. Avec lui, la thèse ancienne de la pensée dépendante des matériaux de l'enfance est tombée en désuétude. Pour la surveillance de la pensée des chercheurs du centre, il était le mieux placé en tant qu'expert en pensée libre.


Le dimanche, il entraînait un petit club de fous à l'hôpital d'Auvers sur oise. Cette activité le détendait de sa semaine. Le club n'avait jamais pu participer au championnat des hôpitaux de Paris. C'était une bande de copains qui jouaient par plaisir. Le club était très ancien, il fut créé il y a longtemps par un peintre, un certain Vincent VG.


Quand le docteur Borisnick convoqua Louis pour lui signaler sa faute professionnelle, il avait déjà son idée pour lui.


Le président du club d'Auvers sur oise recherchait un préparateur psychique. Le Docteur Borisnick proposa le poste à Louis.


Louis n'avait jamais pratiqué la folie, même en amateur, mais il devait absolument se reconvertir. Les deux hommes avaient de la reconnaissance et de l'affection l'un pour l'autre. Louis accepta.

Il suivit une formation intensive à Sainte Anne pendant trois mois. C'est lui qui a permis au club d'Auvers sur oise de rencontrer les fous de Marseille en coupe de France. C'est lors de cette journée que le président de Toulouse lui fit une proposition d'entraîneur.

Une entrée chez les professionnels ne se refuse pas......( à suivre demain )


Partager cet article
Repost0
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 01:00



.........- Ma mère est morte en accouchant de son quarantième enfant, l'enfant a survécu, c'est une petite fille.Tu veux du thé?
- Non, je ne bois jamis de thé, tu as oublié?
- Non mais tu aurais pu changer!
- Eléonore, je veux que tu m'expliques!
- Ah! j'oubliais la lettre!
- Quelle lettre?
- Celle que je t'ai écrite sans te l'envoyer.
- Je n'aime pas tes lettres!
- Tiens, la voilà.


Louis,

"J'ai écrit au centre national de recherche éthique. Je t'ai dénoncé. Je leur ai fait part de ton désir pour Estelle, ta secrétaire. La lecture de tes pensées me fut douloureuse mais précieuse. J'ai fait de drôles de découvertes, comme ton aventure avec Marilyn. Il m'a été répondu que le désir virtuel pour sa secrétaire est une faute professionnelle pour un chercheur du centre national de recherche éthique. Tu vas recevoir une lettre de licenciement. Je divorce. Je m'occupe de tout. Tendrement
Eléonore"


Dans un moment de forte relaxation, Eléonore avait lu les pensées de Louis. Après un court temps de réflexion, blessée dans son amour inconditionnel pour lui, elle prit la décision de faire parvenir un courriel à la commission de surveillance.


Le centre national de recherche éthique avait mis en place cette instance afin de contrôler les surveillants de la pensée dont Louis faisait partie.

Le Docteur Borisnick présidait cette commission.....( à suivre demain )

Partager cet article
Repost0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 01:00



.......Une enveloppe coincée sous l'essuie glace du pare brise le fait réagir. Eléonore, sa femme, lui donne rendez-vous sous la Tour Eiffel. L'heure est fixée à seize heures, il doit y aller.

 

Eléonore est magnifique, elle n'a jamais été aussi belle. Elle est vêtue d'une robe faite de fleurs fraîches, des statices violettes. Elle lui prend le bras et l'entraîne au milieu de la pelouse du Champ de Mars. Il fait soleil.


Ils se dirigent vers deux fauteuils recouverts de fleurs de magnolias fraîchement cueillies.

- Eléonore que veut dire tout cela?
- J'ai renoué avec la nature.
- Avec la nature?
- Oui.
- Ta robe, les fauteuils?
- Tu aimes le tapis en fleurs de laurier rose?
- oui, oui!!

Elle le regarde de façon tendre, il se calme.

- Louis, je dois te parler.
- Je t'écoute.
- Sais-tu que mon père est mort?
- Mort?
- Oui, il y a deux semaines, d'une cirrhose.
- Mais?
- Tu étais parti, je n'ai pu te prévenir.
- Et ta mère?
- Morte aussi.
- Comment, avec ton père?
- Non, la semaine dernière.
- Eléonore, je ne comprends pas..................( à suivre demain )


Partager cet article
Repost0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 01:00

 


- Pourquoi ne m'avez-vous pas appelé?
- Elle était bien.
- Vous aviez surveillé la dose de comprimés?
- Oui comme d'habitude.
- Et les gouttes, elle ne les avait pas?
- Non, elle sont toujours dans mon sac.
- Elle a laissé un mot?
- Je n'ai rien trouvé.
- Elle est déjà froide!


       L'homme fouille nerveusement les poches d'un peignoir posé sur un fauteuil. La femme le regarde tout aussi nerveusement. Lui, n'a pas l'impression de gêner. Ses yeux parcourent avec minutie le corps dénudé d'une femme.

Elle se trouve sur le dos, les jambes légèrement fléchies sur la droite, la tête repose sur le côté droit et les bras sont écartés. Le corps de cette femme est très beau. Lorsque ses yeux arrivent sur le visage, ses oreilles l'abandonnent. Il n'entend plus l'homme ni la femme.

Il reconnaît ce visage, ce beau visage. Il a peur.


Marilyn Monroe!!! Il se trouve au pied du lit mortuaire de Marilyn Monroe.......( à suivre demain )


Partager cet article
Repost0